All for Joomla All for Webmasters
 
L'industrie pétrolière nigériane compte parmi les plus importantes du monde et est en tête en Afrique devant l'Angola L'industrie pétrolière nigériane compte parmi les plus importantes du monde et est en tête en Afrique devant l'Angola

Gaz naturel et pétrole : L’Afrique de l’ouest détient 30 % des réserves du continent Spécial

L’Afrique de l’ouest est une zone riche en ressources pétrolières et gazières.  L’information a été révélée début mai.

Le commissaire Énergies et Mines de la Cedeao (15 pays), Sediko Douka a indiqué lors d’une rencontre à Abidjan en terre ivoirienne que la région dispose de ressources non-négligeables. C’était à l’occasion de la cérémonie de lancement de la deuxième édition du forum des mines et du pétrole de la Cedeao prévue du 9 au 11 octobre prochain à Abidjan. « Notre région regorge d'importantes ressources pétrolières et minières. L'Afrique de l'ouest représente 30% des réserves trouvées de pétrole et 30% des réserves trouvées de gaz naturel de l'Afrique », a laissé entendre Sediko Douka.

L’Afrique de l’ouest compte quelques pays dont les exploitations pétrolières ne passent pas inaperçues.  En tête, le Nigeria, qui en 2017 exportait jusqu’à 2,3 millions de barils quotidiennement. Ce pays se positionne comme le premier en Afrique d’après plusieurs classements. Mais conscient de l’épuisement progressive des réserves en pétrole, il se tourne vers les gaz naturel. Le gaz naturel représente désormais un nouvel horizon d’opportunités. « Le gaz naturel, c’est l'avenir et nous devons commencer à travailler pour construire une industrie forte », a recommandé Emmanuel Ibe Kachikwu ministre d'État, Ressources pétrolières et l'ancien directeur général du groupe, Nigerian National Petroleum Corporation.

Le Nigeria exposé à la pénurie                                                                                                              

Il est bien vrai que l’Afrique de l’ouest détient d’importantes ressources pétrolières et gazières. Mais il est aussi reconnu que la sous-exploitation ne facilite pas la tâche à tout le monde. Au Nigéria tout comme dans de nombreux pays, il arrive des périodes de pénurie alors même que les réseaux de contrebandiers poussent comme des champignons. En fin 2017, une pénurie de 3 semaines a secoué ce pays. Au passage, les consommateurs ont contribué peu ou pas à empirer la situation en courant derrière l’approvisionnement un peu exagérée craignant une probable hausse des prix.

Des zones encore inexploités                                                                                                                                   

Dans certains pays, le principal problème qui freine l’exploitation des ressources est souvent d’ordre politique. Les problèmes liés à l’instabilité, rendent quasiment impossible l’exploitation des richesses, obligeant les autorités à se contenter du minimum. Des découvertes ont été faites ces dernières années mais il manque une réelle volonté que beaucoup estiment être toujours d’ordre « politique ». Plusieurs découvertes de gisements de pétrole et gaz ont été faites en 2017. Le bassin en eau profonde situé entre le Sénégal et la Mauritanie était présenté en ce moment comme pouvant devenir l'un des plus grands et importants gisements en Afrique de l’Ouest, le long de l'Atlantique.

Les responsables de la société américaine Kosmos ont affirmé que cette zone en question dispose de 450 milliards de m3 de réserve. Dans la foulée, trois autres puits ont été découverts et les pays concernés n’attendent que l’avancement des travaux. Néanmoins, ils ont affiché leurs volontés de miser sur l'aspect social et le développement des communautés. Les premières productions de gaz sont attendues pour début 2020.

 

Pétrole, source de déchirements                                                                                                            

En l’absence d’informations crédibles dans des secteurs sensibles comme celui de l’exploitation pétrolière, cela donne naissance à des supputations de toute nature. Ce type de scénario a remué le Togo- dont le président est à la tête de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)- en début d’année 2018. Le sujet a fait mouche mais au final tout a été rangé dans les tiroirs parce que rien ne semble clair. Au moment où certains affirment que le pays exploite du pétrole en catimini, d’autres rétorquent que c’est impossible surtout que cela nécessite des matériels de dernières générations pour le forage en mer. « Aucun gisement de pétrole techniquement exploitable et économiquement viable n’a encore fait objet de découverte », a expliqué Marc Ably-Bidamon, ministre des mines et de l’énergie.

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire