All for Joomla All for Webmasters
 
Panel : Débat sur la grande problématique des RH Panel : Débat sur la grande problématique des RH © Copyright Afrique Progrès Magazine

Télémédecine : l’opportunité pour l’Afrique d’optimiser le rendement de son personnel de santé Spécial

Alors que le continent africain reste à la traîne en termes d’importance quantitatif de son personnel de santé, 1 médecin pour 10 000 habitants, la télémédecine s’avère désormais une opportunité pour optimiser le rendement du personnel de santé. C’est ce qui ressort de la 4e édition du Forum Afrisanté qui s’est achevé à Marrakech le 2 mars dernier.

La santé reste un des défis majeurs pour les politiques africaines. S’exprimant sur cette question, le professeur Abdelmadjid Saoura et panéliste lors de cette quatrième édition du Forum Afrisanté qui s’est tenu les 1 et 2 mars dernier à Marrakech, évoque un manque criant de personnel de la santé. Une situation due à la croissance importante de la population africaine qui ne forme que 20 000 médecins par année. Le président directeur général de la polyclinique internationale met en cause la lourdeur des procédures, le nombre de médecins ainsi que celui des lits disponibles. Un lit pour 10 000 habitants et un médecin pour 10 000 habitants, les chiffres en croire le professeur, seraient catastrophiques sur l’étendue du territoire africain.

Les ressources disponibles peuvent toutefois être utilisées à bon escient grâce aux nouvelles technologies, référence faite à la télémédecine évoquée plusieurs fois au cours de ce forum. Hicham Belkassem, ‎Healthcare Consultant, International Business Adviser - ‎EBRD, assure que les nouvelles technologies ouvrent la voie à de nouveaux soins avec des équipes médicales à distance. Le fait permet un partage de la même compétence au sein d’un même pays et peut être déployé au niveau régional. Précisons que cela nécessite la mise en place des moyens technologiques nécessaires ainsi que l’arrivée d’une législation favorable à cet état de chose. De l’avis des experts cette pratique permet à un médecin camerounais de répondre à un besoin au Maroc et vice versa.

Hicham Belkassem appelle à déployer le numérique au niveau du plateau technique, ce qui va contribuer à optimiser, pour le moins, l’usage des lits. A noter que dans le contexte africain, un lit est pour 10 000 habitants. L’Afrique peut compter sur d’autres pratiques expérimentées sous d’autres cieux pour atténuer le déficit de son personnel et le manque de structures hospitaliers. C’est le cas de la téléconsultation, la téléassistance, la télédiagnostique, la téléexpertise, la télésurveillance, la régulation médicale, autant de pratiques qui vont permettre d’opérer le tri des patients à distance afin de retenir seulement les cas nécessitant une hospitalisation. A ce propos Etienne Loïc recommande de faire de l’innovation, affirmant que « la transformation est inéluctable, elle est nécessaire » pour faire face au nombre de patients sans cesse croissant. Précisons à ce propos que la télémédecine permet de faire le maillage de vastes territoires allant jusqu’à 500 km. Quoi de mieux dans une Afrique où un médecin est au service de 10 000 habitants. 

 

La télémédecine : une option pouvant parer la désertification médicale

Grâce à la télémédecine la problématique de la désertification médicale devrait être régulée. La relation entre le médecin et le patient peut être assurée, cela même si le coût pour la mise en place d’un dispositif pouvant assurer ces services est de l’ordre de 75 000 euros et que ces discussions télématiques ne permettent pas une certaine traçabilité entre le médecin et le patient. Etienne Loïc soutient précise que cette forme de médecine restent alternative mais ne sauraient remplacer le médecin.

Le président de Médical Intelligence Service met en garde contre les risques liés à la dérive des objets connectés qui pourront communiquer entre eux bientôt ainsi que contre la cybercriminalité qui constitue un danger, pour le moins grave. Les rançons se chiffrent en millions de dollars ! « La télémédecine est une formidable avancée mais il faut que nous en maîtrisions les tenants et les aboutissants », affirme Etienne Loïc. 

 

Le Cardiopad d’Arthur ZANG, inventeur camerounais

Plus tôt au cours de l’année 2014 c’est l’invention camerounaise du Cardio Pad, par Arthur ZANG, ingénieur informaticien, qui a permis de révolutionner la médecine dans le monde. Une vraie bouffée d’énergie pour le continent africain qui souffre d’un manque criant de cardiologues. Au Cameroun on compte une cinquantaine pour une population dépassant la barre de 20 millions d’habitants. Grâce à cet appareil tactile les consultations de patients souffrant de pathologies cardiaques peuvent se faire à distance, suite à quoi un rendez-vous est accordé au patient si cela est nécessaire.

Les initiatives en tout cas se sont multipliées ces dernières années pour pallier au manque de médecins et de personnels de la santé. Mais il faut dire que le défi est loin d’être fini dans un continent qui connait une augmentation de sa population de 30 millions d’hommes toutes les années. Onésiphore NEMBE/Afrique Progrès Magazine 

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Commentaires